photo-1473445361085-b9a07f55608b

2017 : et si on prenait enfin le temps de se former ? C’est l’heure des bonnes résolutions !

Se dégager du temps pour la formation continue est une rude épreuve dans la vie de salarié, soumis à des objectifs parfois courtermistes. Le temps investi dans la formation permet cependant un retour sur investissement direct et il est une arme dans la course à la performance. On vous propose dans cet article des idées pour dépasser les barrières organisationnelles et psychologiques qui se présentent à vous lorsque l’on souhaite dédier du temps à la formation.

 

L’une des promesses de la formation en ligne est d’offrir l’opportunité de se former n’importe où, n’importe quand et ainsi de gagner en flexibilité. Elle a ainsi depuis une dizaine d’années  connu une expansion florissante. Pourtant, il semble toujours difficile pour les collaborateurs de dégager du temps pour se former dans un agenda toujours plus serré. C’est l’une des barrières évoquées par les DRH et les responsables de formation que nous rencontrons chez 360Learning.

 

Une manière simple de garantir un nombre d’heure minimum passé sur un module de formation est de suggérer à ses collaborateurs de fixer des créneaux dans la journée pour la formation. Ainsi, on considère le temps de formation comme un ‘rendez-vous’ avec soi-même. Si on ne se fixe pas des moments dédiés, le temps de formation finit toujours pas passer à la trappe au profit des urgences du quotidien. Ces créneaux peuvent être très courts : 15/30 minutes. De nombreuses études à l’instar de celle de B.Price Kerfoot accessible ici montrent que d’étudier sur des périodes courtes mais dans la régularité est beaucoup plus efficace que d’étudier sur de longue plage horaire, de manière espacée. Le temps de concentration est estimé à 20 minutes par la plupart des études scientifiques. Se dégager des courts moments pour la formation, est ainsi une bonne pratique pour un apprentissage réussi.

 

Cela a des implications pédagogiques pour les concepteurs : ils doivent produire des modules pédagogiques courts, qui permettent d’assimiler des notions rapidement. Cela est aussi une méthode pour optimiser les taux d’engagement et d’implication dans les parcours d’apprentissage. Dans une journée de travail, nous avons toujours de moments où nous sommes un peu moins concentrés. Il est pertinent de fixer un créneau de formation, dans ces moments-là : en effet, changer d’activité et faire des pauses est une bonne méthode pour stimuler le niveau de concentration.

 

A l’inverse du multi-tasking qui a un impact négatif sur la concentration, faire des pauses et notamment en se plongeant dans des activités différentes de celles habituelles est très positifs pour la concentration, comme le montre de nombreuses études. Notamment, une étude passionnante menée par Alejandro Llerras et intitulée ‘Brief and Rare Mental ‘Breaks’ Keep You Focused: Deactivation and Reactivation of Task Goals Pre-empt Vigilance Decrements” montrent que notre cerveau est construit de manière à détecter et répondre au changement. Ainsi, lorsque notre cerveau n’est soumis à aucun changement sur une longue période, on finit par ‘effacer’ ce qui nous entoure et ainsi ‘oublier’ de prendre en compte des paramètres qui sont essentiels pour la performance. Il est conseillé de faire des pauses régulièrement.

Ainsi, vous pouvez vous servir de la formation pour capitalisez sur des moments de la journée pendant lesquels vous n’étiez pas au maximum de votre concentration. De même, vous pouvez identifier les temps où vous ne pouvez réaliser vos tâches habituelles : pendant un déplacement en train par exemple et fixer vos rendez-vous pédagogiques à ce moment-là. Grâce à un accès mobile à une plateforme de formation en ligne comme 360Learning, vous pouvez vous former partout et transformer les moments d’ennui, en temps dédié à l’apprentissage.

 

Guide Pratique de la Formation Digitale

Découvrez encore plus d’insights pour générer de l’engagement dans notre livre blanc.

Télécharger

 

Les bénéfices des parcours de formation sont souvent considérés comme étant à horizon moyen/long termes et viennent donc s’opposer à la pression du courtermisme : les objectifs à remplir, les urgences à traiter etc…  Bien que certaines formations soient effectivement destinées à faire monter en compétence les collaborateurs sur le moyen termes, la formation peut également servir à atteindre les objectifs sur le court terme. Ainsi, il ne faut pas négliger d’y dédier du temps au profit du flot quotidien d’obligations professionnelles.

 

Elle peut par exemple servir à optimiser les pratiques quotidiennes des collaborateurs pour les faire monter en efficacité. Concrètement, dans notre startup, nous avons tous suivi une formation que nous appelons « 0 Inbox ». Il s’agit de traiter et prendre une décision sur l’ensemble de nos emails reçu chaque jour, afin d’avoir une boite d’email vide. De cette manière, nous ne nous laissons pas envahir et nous ne perdons pas de temps à revenir sur de vieux sujets. C’est une méthode qui nous permet d’être plus efficace.

 

Nous développons des pratiques similaires, lorsque nous réalisons qu’une tâche de tous les jours nous fait perdre un temps trop conséquent. Prenons un autre exemple : étant responsable du site web, j’ai réalisé qu’en apprenant à me servir de notre logiciel design, j’allégeais la charge de travail de nos designers tout en évitant des nombreux allers-retours avec eux. Je me suis donc formée sur les bases de ce logiciel. J’ai ensuite documenté ma pratique en créant un module de formation pour en faire profiter les autres collaborateurs amenés à interagir avec les designers sur des sujets similaires. L’investissement temps a été assez court, et le bénéfice presque immédiat : je suis, avec mes collaborateurs plus autonome et efficace au quotidien.

 

Dédier du temps à la formation, c’est aussi se donner la possibilité d’être au quotidien plus performant et autonome sur ses périmètres. Beaucoup de DRH que nous rencontrons affirment ne pas remplir leurs objectifs fixés sur le nombre d’heures passées à se former. En effet, les collaborateurs peinent à se dégager du temps. La formation est victime d’une image vieillotte : elle est considérée comme une vague grand-mère dont les bénéfices des visites sont approximatifs, incertains et inquantifiables. A l’inverse, nous la voyons différemment : elle permet de prendre le pouvoir sur son quotidien et son métier et de récolter les fruits de l’investissement temps, immédiatement. C’est une jeune fille qui n’a pas froid aux yeux. C’est en tout cas celle-là que je rencontre tous les jours chez 360Learning dans plus des 900 entreprises que nous accompagnons.

 

La formation ne se déroule plus dans un contexte et une temporalité dédiée mais devient une opportunité de tout instant. La formation en ligne et notamment sur mobile permet également une expérience de learning intégrée qui s’adapte et se personnalise en fonction des besoins de l’apprenant et des moments de sa journée et du lieu où il se trouve. En s’intégrant aux données des différents outils de l’apprenant : l’agendaet le CRM par exemple, la plateforme de formation deviendra ‘intelligente’ et personnalisable. On peut identifier les meilleurs moments où suggérer à l’apprenant de se former : quand il est dans les transports en chemin vers un rendez-vous par exemple. Ainsi, une nouvelle ère de l’adaptive learning s’annonce. La formation va venir réellement accompagner le collaborateur dans les challenges métiers qu’il rencontre au cours de sa vie professionnelle.