Digital Learning Manager

Digital Learning Manager : des pédagogues et… des marketeux

Manager de projet hors-pair, le DLM dispose désormais de missions transverses alliant pédagogie (sous différentes dimensions) et marketing de la formation. [Suite de cet article]

Le Digital Learning Manager est un pédagogue

Bien plus qu’un gestionnaire, le DLM reste avant tout un pédagogue sous 2 grandes dimensions.

Il dispose de cette capacité à réaliser des scénarios pédagogiques : séquencer le savoir de la bonne façon en fonction de la typologie : formation 100 % Digitale ou Blended, sur PC ou smartphone. Il possède une bonne culture digitale qui passe par la connaissance des usages des internautes (sérendipité, temps d’attention selon les formats, typologie de lecture, etc.), des nouveaux outils au service de la formation (les plus efficaces/tendances/pratiques) et des nouveaux formats émergents. Le DLM et ses équipes tendent aussi à s’affranchir au maximum d’acteurs tiers qui pourraient les paralyser (par les temps d’aller-retour ou le coût) et à reprendre le pouvoir sur la production même des formations pour gagner en agilité et répondre plus efficacement aux requêtes internes. Pour reprendre (et détourner) la formulation d’Eric Ries, le DLM passe à l’ère du Lean Training : une ingénierie pédagogique qui itère et s’améliore en continu en construisant des boucle de feedbacks grâce aux outils digitaux. Le DLM met la pédagogie à l’heure du numérique, aussi bien au niveau de ses méthodologies que de ses outils.

Le Digital Learning Manager est ainsi pour moi un grand expérimentateur. Il teste, combine, agrège et articule les formats (présentiel, e-learning, blended learning), modalités, outils et innovations pédagogiques, qu’ils impliquent ou non les nouvelles technologies. C’est la cohérence de l’articulation de l’ensemble de ces éléments qui fait la qualité et la pertinence d’une formation digitale. L’enjeu est d’apporter à l’apprenant les bons contenus via le bon canal au bon moment afin d’optimiser l’expérience d’apprentissage. Caroline Meyer, Digital Learning Manager chez Learn Assembly

Guide Pratique de la Formation Digitale

Cette citation est tirée de notre guide pratique. Découvrez tous les trucs et astuces de la formation digitale.

Télécharger

La deuxième grande dimension pédagogique dans le métier de DLM, c’est celle qu’il doit mettre en place au sein même de son organisation auprès des équipes de formateurs et des experts métiers. Expliquer les outils et les méthodologies, certes, mais pas que. Le DLM doit aussi démontrer et convaincre de l’intérêt du numérique pour ces métiers. Prouver que « numérique » ne signifie pas la « disparition du formateur ou du sachant » mais au contraire, leur remontée en force. Un travail de pédagogie interne sine qua non au déploiement d’une véritable stratégie de Digital Learning sur l’ensemble de l’organisation.

Le Digital Learning Manager est un marketeux

Le succès d’une formation ne passe pas que par la qualité du contenu et des outils. Le DLM a bien compris que le marketing de son dispositif avait un rôle clé à jouer pour amener les collaborateurs à consommer. Il a compris que produire de l’excellent contenu sans savoir le « vendre » n’avait pas de sens.

Le DLM est donc d’abord un créatif. Il doit avoir cette sensibilité quasi « artistique » qui lui permet de déterminer si une formation sera attractive ou non. La technologie est-elle assez moderne ? Met-elle assez en valeur les contenus ? Les contenus sont-ils correctement designés ? Reflètent-ils l’identité de mon organisation sans être trop hard-corporate ? Et finalement, ma formation est-elle au même niveau qu’un contenu trendy qu’un collaborateur pourrait consommer sur le Web ?

Plutôt que de trop souvent mobiliser la communication interne, le DLM doit être capable de bâtir et d’exécuter un véritable plan de communication :

  • Identifier un/des sponsors au C-Level
  • Bâtir un réseau d’ambassadeurs
  • Utiliser tous les leviers de la communication disponibles : portail, réseau social interne, Emailing, affichage
  • Identifier et segmenter son message en fonction des différentes audiences pour que chacun se sente concerner et comprenne ce qu’il peut retirer de la formation.
  • Séquencer des actions dans le temps (avant/pendant/après ma formation)

Le marketing du dispositif de formation génère de l’engagement de la part des apprenants, mais aussi des formateurs et des managers. Il fait en sorte que les collaborateurs « se forment réellement ». Un facteur clé qui renforce la position du service Formation dans l’organisation, notamment à cette époque de transition numérique où le besoin se fait sentir de faire évoluer la Culture, les mentalités dans l’entreprise et où la formation a son rôle à jouer.

Le Digital Learning Manager est rare

Le Digital Learning Manager est un profil très polyvalent. Malheureusement aujourd’hui, dans les services formation, le constat est clair et sans appel : il y a une pénurie de profils adéquats. Il existe bien des formations mais elles ne formeraient jamais sous tous les aspects.

D’autant plus que le métier, encore assez jeune, est en constante évolution. Fidèle à sa dimension digitale, lean, il mute, s’améliore en continue pour s’adapter aux enjeux de organisations de demain. Dans ce contexte, il n’est pas toujours évident pour les responsables de formation académiques de proposer des formats à 100 % pertinents.


Article initialement publié sur le JDN sous le titre « Qu’est ce qu’un Digital Learning Manager ? » (2 décembre 2016)

Merci à Abilways Digital, EFE et plus particulièrement Marion Aubry et Jean-Marc Fayolle pour leur invitation.

Ressources 360Learning

Faites le plein d’inspiration et de bonnes pratiques en vous plongeant dans nos ressources gratuites

Découvrir