Qui sont les Digital Learning Manager ?

Le 29 novembre dernier, EFE et Abilways Digital co-organisaient une conférence d’actualités sur le thème « Digital Learning Manager : repensez la formation à l’ère du digital ». L’occasion de refaire le tour sur les facettes multiples de ce « nouveau » métier devenu indispensable. 

Du Responsable E-Learning au Digital Learning Manager

Le titre de « Digital Learning Manager » tend peu à peu à prendre le dessus sur celui de « Responsable E-Learning ». En France, sur Linkedin, on dénombre à ce jour 58 « Digital Learning Manager » contre 67 « Responsable E-Learning » : une différence sans commune mesure avec les intitulés de poste d’il y a quelques années.

Linkedin Results

Derrière cette simple étiquette, c’est un changement bien plus profond qui s’observe : une remontée en force du service Formation grâce à l’émergence du numérique. Une évolution du métier et de la perception même de ses enjeux et objectifs business.

Face à cette étiquette restrictive du « E-learning » (dont les imaginaires restent attachés à une seule modalité pédagogique), le Digital Learning Manager s’instaure comme le manager de « l’Expérience d’apprentissage » des collaborateurs, au sens large. Une expérience qui ne se situe pas seulement sur le Digital mais à chaque étape de la vie professionnelle et personnelle du collaborateur, sur tous les supports/terminaux. Une expérience qui, pour prendre corps, nécessite forcément d’intervenir à plusieurs niveaux dans l’organisation et de disposer de compétences pluri-disciplinaires. A tour de rôle, le Digital Learning Manager se retrouve donc Manager de projet, pédagogue, créatif ou encore marketeux. Vaste programme !

 

Tweet #DLM2016

 

Le Digital Learning Manager pilote

Bien sûr, le DLM pilote la formation digitale. Il définit la stratégie sous tous ces aspects et suit (quand il ne « fait » pas directement) chaque étape de la conception des formations :

  • Orientation des thématiques en fonction des objectifs fixés par la direction ou des demandes de « clients internes ».
  • Choix des modalités pédagogiques à déployer en fonction des thématiques et des publics visés
  • Choix des outils et donc des compétences à trouver/mobiliser en interne ou/et des prestataires à sélectionner (+ toutes les phases de négociation (avec le presta et en interne (DSI, Achats)))
  • Suivi de la production des contenus par les prestataires internes ou externes
  • Suivi de l’animation des parcours de formation le cas échéant
  • Déploiement des actions de communication
  • Définition des KPI métiers et pédagogiques pour mesurer et rendre compte de la performance des actions menées
  • Gestion du budget alloué (et renégociation)

(Chacun de ces points mériteraient presque un article à part)

Bref, autant d’aspects qui lui permettent de maitriser la scénarisation globale de l’expérience d’apprentissage de ses audiences. Mais ça n’est pas tout. Loin d’être cantonné à un rôle de gestionnaire, le DLM doit conserver son rôle de pédagogue et prendre une place plus importante dans la promotion de ses dispositifs, aussi bien sur le plan stratégique, qu’opérationnel. A suivre dans un prochain article…


Article initialement publié sur le JDN sous le titre « Qu’est ce qu’un Digital Learning Manager ? » (2 décembre 2016)

Merci à Abilways Digital, EFE et plus particulièrement Marion Aubry et Jean-Marc Fayolle pour leur invitation.

Ressources 360Learning

Faites le plein d’inspiration et de bonnes pratiques en vous plongeant dans nos ressources gratuites

Découvrir