4Jan
reussite par question

Web Marketing et e-Education : quel rapport ?

On parle de plus en plus du secteur de l’e-Education. Après la recherche d’information, l’industrie musicale, le commerce, la rencontre, et bien d’autres secteurs, ce serait au tour de l’éducation de connaître une grande évolution liée à Internet. Pourquoi ? Pourquoi maintenant ? Que peut-on dire sur ces évolutions en cours ?

Pour comprendre pourquoi c’est précisément maintenant que le secteur de l’éducation semble mur pour connaître à son tour une mutation liée aux nouvelles technologies, il faut se pencher sur l’histoire récente du web.

En effet, depuis une dizaine d’année, les usages web n’ont eu de cesse d’évoluer. Et au cours de ces évolutions, on a vu apparaître un nouveau domaine : le marketing web. De manière transverse, très générale, le “marketing web” est devenue un enjeu central. De quoi s’agit-il ? Tout simplement de l’art de promouvoir des idées sur internet. Alors que le mot “marketing” a toujours eu une connotation assez négative, très liée à la publicité et l’abrutissement des masses, le “marketing web” a une image plutôt positive. Pourquoi ?

Et bien, parce qu’il s’agit de quelque chose de radicalement différent du marketing traditionnel. La publicité traditionnelle reposait sur l’idée que plus les gens sont bêtes, plus il va être simple de leur faire entrer des idées dans la tête. Le PDG de TF1 affirmait clairement :

pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible

Sur Internet, alors que certains continuent sur la même voie (toutes ces bannières que vous voyez un peu partout), d’autres ont découvert qu’il était possible de renverser complètement cette manière de promouvoir des idées. Simplement en faisant participer l’internaute. Cela suppose que cet internaute soit actif, capable d’apporter des idées lui-même, et au cours de ces interactions d’en retirer une certaine satisfaction. Évidement cela n’était permis que par une nouveauté radicale : Internet est un canal qui va dans les deux sens. On a la possibilité d’envoyer un message à l’utilisateur, mais on peut aussi lui proposer d’envoyer lui même un message.

Wikipedia, Facebook, Twitter sont des exemples parmi 1000 autres.

Le marketing web est une activité quasiment scientifique : puisqu’il est facile de mesurer l’implication de l’utilisateur, on va se servir de ces mesures pour identifier les meilleurs moyens de faire comprendre une idée à l’internaute. Par exemple, on mesure le nombre de gens qui cliquent sur le bouton “Créer mon espace e-learning” que vous voyez dans la colonne de droite de ce billet. On peut modifier légèrement le texte du billet, ajouter ou enlever un paragraphe dans un article, et voir si les taux de clics sont modifiés. C’est une manière pour nous de voir si nos idées, les idées auxquelles nous croyons, sont partagées par nos lecteurs ou pas.

De très nombreux outils se sont développés qui permettent de faire ce type de mesures et d’accroître l’implication des visiteurs. Or de quoi s’agit-il au fond ? Il s’agit ni plus ni moins que de pédagogie : faire en sorte que les visiteurs comprennent une idée, et désirent passer à l’étape suivante. A la fois créer de la curiosité, stimuler leur cerveau, leur fournir un point de vue intéressant comme j’essaie de le faire actuellement en rédigeant ce billet, tout cela pour vous donner envie d’aller plus loin. C’est ni plus ni moins que de la pédagogie.

marketing web = pédagogie

Aujourd’hui le marketing web a atteint une belle maturité : les techniques de mesure, mais aussi par exemple les règles d’écriture de contenu qui permettent de maximiser l’implication des utilisateurs, sont bien connues. Alors il semble qu’il devienne possible d’appliquer ces idées à des domaines comme les mathématiques, le management, la vente ou le maquillage. C’est-à-dire qu’il semble désormais possible de fournir des outils aux personnes qui possèdent un savoir, ou un savoir-faire, quel qu’il soit, des outils puissants leur permettant de partager et diffuser ces savoirs. Alors que la salle de classe traditionnelle, un peu laborieuse, un peu rébarbative, ne pouvait fonctionner que par la contrainte d’une présence obligatoire, il semble qu’il soit possible en appliquant les techniques du marketing web de trouver progressivement des moyens de présenter les connaissances d’une telle manière que l’internaute ressente une forme de satisfaction immédiate, grâce à cet apprentissage.

Quand nous fournissons au formateur un graphique comme celui ci-dessus, c’est pour qu’il puisse mesurer les connaissances de son groupe, mais c’est aussi pour lui permettre d’améliorer son contenu. Sur ce graphique, il semble clair que les idées testées dans la question 1 méritent d’être mieux expliquées (comme nous le suggérons à nos utilisateurs dans la petite instruction sur la gauche). De même, quand on visualise un taux de participation par question, on pourra voir facilement quelles questions font que les visiteurs abandonnent. Le formateur peut alors facilement améliorer son contenu et aboutir rapidement à un contenu très efficace sur le plan pédagogique. Tout cela en temps réel, simplement en appliquant les principes du marketing web qui apparaissent localement sous la forme de conseils dans 360learning.

A partir de là, on peut probablement déduire quelques grandes tendances pour l’avenir du marché de l’éducation : tant pour l’enseignement supérieur que pour l’enseignement privé dans les organismes de formation. Billet à venir très prochainement !

On aime, on partage

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

© Copyright 360Learning SA 2014, All Rights Reserved